Faire jouer un rôle largi aux infirmières dans une approche individualisée de dépistage du cancer du sein: Analyse des options juridiques

Emmanuelle Lévesque et Bartha Maria Knoppers

Abstrait

Une approche novatrice permettant d’adapter le dépistage du cancer du sein au risque de chaque femme pourrait bientôt faire son entrée dans la pratique clinique au Québec. Nécessitant à la fois une analyse génétique et une estimation par un algorithme de calcul, l’implantation de cette approche pourrait toutefois se heurter à un manque de professionnels de la santé spécialisés. Pour y remédier, des acteurs du milieu ont suggéré d’élargir le rôle de l’infirmière afin qu’elle puisse initier le test génétique, recommander des options de suivi et prescrire des examens d’imagerie. Comment ce rôle à la frontière de l’exercice de la médecine pourrait-il s’insérer dans le cadre juridique actuel? Nous avons identifié quatre options juridiques qui pourraient permettre à l’infirmière de jouer un rôle élargi : A) le Programme national de santé publique, B) le partage d’activités réservées aux médecins, C) l’ordonnance collective, et D) le recours aux infirmières praticiennes spécialisées. Après avoir examiné chacune de ces avenues au regard de la légalité des actes que devrait poser l’infirmière, nous en arrivons à la conclusion que chaque option est susceptible d’être utilisée, et que les options pourraient même être combinées. 

 An innovative approach to adapt breast cancer screening to the individual risk level of each woman may soon be implemented in the Québec clinical context. Requiring both a genetic analysis as well as an estimation using a calculation algorithm, this approach may well reveal a lack of specialized health professionals to implement such changes. To address this issue, stakeholders suggested increasing the involvement of nurses by allowing them to initiate genetic testing, advise on follow-up options and order imaging exams. Can this increased involvement of nurses –at the frontier of the practice of medicine– could be embodied in the current legal framework? We identified four legal options that would allow increasing the involvement of nurses: A) the National Public Health Program, B) the sharing of functions reserved to doctors, C) the use of collective prescription, and D) delegation to specialized nurse practitioners. After examining each of these options with regards to their legality under the current legal framework regulating the practice of nursing, we concluded that each option could be pursued individually or together with one or more of the other proposed options to achieve an increased involvement of nurses.