Volume 15.2

Structural Racism and Income-Related Health Inequities in The Ontario Government and Its Public Health Units’ Response to The Covid-19 Pandemic

Kathleen Hammond, Katie Cheung & Noshin Ullah (pp. 135-206)

Abstract

Early reports in Canada indicated that the health impacts of COVID-19 would be disproportionately worse for marginalized groups due to existing health inequities. While the federal, provincial, and territorial governments had extensive emergency powers at their disposal, the bulk of the pandemic response came from the provinces and territories. Despite warnings about the anticipated disparate impact of the pandemic, data from Ontario indicates that racialized populations and individuals in lower-income households were the worst hit by the pandemic. This paper explores four aspects of the Ontario government and its 34 public health units’ emergency response: (1) data collection on COVID-19 and health inequities, (2) administration of COVID-19 testing, (3) the provision of medical services to those with COVID-19, and (4) distribution of COVID-19 vaccines. For each of these four aspects of the Ontario government and its 34 public health units’ response, we highlight central areas where structural racism and income-related health inequities were apparent. We acknowledge the significant practical barriers, such as lack of information and severe resource constraints, involved in pursuing health equity goals during the COVID-19 pandemic. However, for each of these areas, we recommend steps that could have been taken by the Ontario government and the public health units, in part through the province’s emergency powers, to redress the disparate impact of the pandemic. We suggest that the Ontario government had a moral duty to combat these inequities, as well as a possible legal duty to do so in light of the Canadian Charter of Rights and Freedoms and certain international human rights obligations.

Les premiers rapports au Canada ont indiqué que les impacts du COVID-19 sur la santé affecteraient les groupes marginalisés de façon disproportionnée en raison des inégalités existantes dans le domaine de la santé. Bien que les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux disposent de pouvoirs d’urgence étendus, l’essentiel de la réponse à la pandémie est venu des provinces et des territoires. Malgré les avertissements concernant l’impact disparate anticipé de la pandémie, les données de l’Ontario indiquent que les populations racialisées et les personnes appartenant à des ménages à faible revenu ont été les plus durement touchées par la pandémie. Cet article explore quatre aspects de la réponse d’urgence du gouvernement de l’Ontario et de ses 34 unités de santé publique : (1) la collecte de données sur le COVID-19 et les inégalités en matière de santé, (2) l’administration des tests de dépistage du COVID-19, (3) la prestation de services médicaux aux personnes atteintes du COVID-19, et (4) la distribution des vaccins contre le COVID-19. Pour chacun de ces quatre aspects de la réponse du gouvernement de l’Ontario et de ses 34 unités de santé publique, nous soulignons les domaines centraux où le racisme structurel et les inégalités de santé liées aux revenus étaient apparents. Nous reconnaissons les obstacles pratiques importants, tels que le manque d’informations et les contraintes sévères en matière de ressources, liés à la poursuite des objectifs d’équité en matière de santé pendant la pandémie du COVID-19. Cependant, pour chacun de ces domaines, nous recommandons des mesures qui auraient pu être prises par le gouvernement de l’Ontario et les unités de santé publique, en partie grâce aux pouvoirs d’urgence de la province, pour remédier à l’impact disparate de la pandémie. Nous soutenons que le gouvernement de l’Ontario avait le devoir moral de combattre ces inégalités, ainsi qu’une éventuelle obligation légale de le faire à la lumière de la Charter canadienne des droits et libertés et des certaines obligations en vertu du droit international relatif aux droits humains.